ven 08 mars 2024 | 19:00
Rodiathèque :

Matsutaké

Espace Culturel de Quingey

Entrée libre

En partenariat avec la Médiathèque départementale du Doubs

Concert de clôture du cycle « Une histoire des musiques noires américaines »

Matsutaké

cinematic jazz

Peine perdue. Ne cherchez pas qui porte le chapeau sous ce nom de champignon.
Matsutake a la corolle collective. Sa musique se compose et recompose à plusieurs. On
pose les bases, on jamme dessus et on avise ensuite. Démocratie directe dans ses
influences comme dans ses tiraillements. Pour les premières, prenez la moitié du quartet.
Soit deux-tiers du Zerolex trio. Côme Rothé et Jérémy Vieille en ont rapporté cette façon
organique et sensitive de composer les ambiances comme les mélodies. Mais là, les deux
comparses flirtent bon teint avec l’ambiant et l’expé. Rien d’inquiétant. Ce qui est
expérimenté là, c’est une forme sonore qui vous embrasse avec le plat de la main.
Manuelle, la musique de Matsutake ? Oui. Par sa rythmique d’abord. Confiées à deux
humains qui mettent la main à la pâte des arrangements. Anthony Pergaud, à la basse (Ici
dix-sept), et Paul L’Hôte à la batterie (Osmosis) manigancent ce qu’il faut de cadre pour que
le son du 4-pack avance sans trembler.