Archives

pour fan de Decius (programmé au festival Détonation) SWORN VIRGINS

 

SWORN VIRGINS

« It starts with a chuckle…« 

Fin décembre, sorti de nulle part arrive un premier morceau The Male Man, annoncant un EP à venir fin février sur DEEWEE.

Aussi efficace que gluant, il inaugurait un EP produit par les frères Dewaele (2 Many Dj’s / Soulwax), que l’on pourra déjà considérer comme ce qui se fera de mieux en deux mille vingt deux (n’y allons pas par quatre chemins).

Quatre titres imparables, nous teleportant directement dans un club sale et bondé, les chaussures collant aux dalles du dancefloor, le taux d’humidité proche des 87%, et un line array relâchant des hectolitres de basses.
Et cette impression tenace d’entendre un Paranoïd London sous acides avec la voix d’un crooner façon Clams dans Warmduscher. Littéralement.

Oui, il était temps de réouvrir les salles, mais l’on ne pouvait pas imaginer meilleure B.O. pour accompagner ce retour.

Et de savoir qu’ils reviendront plus tard cette année avec un LP, je vous laisse imaginer deux mille vingt trois.

« ….and nothing ever gets finished without laughter.' »

Inigo Montoya

 

Quatre garçons un peu Geek sous le feu de projections vidéos parfois abstraites, parfois figuratives, des rythmes lourds et dansants, un chant en français passant d’un flow saccadé à des envolées pop, des samples imprévisibles… Voilà, en gros, à quoi ressemble un concert d’Inigo Montoya.

Depuis 5 ans, les Parisiens réactualisent et transforment les codes du post-punk en le mêlant à une électronique instinctive et expérimentale. Si par le plus grand des hasards, quelqu’un s’est déjà demandé comment lier le bordel répétitif d’Animal collective, le surréalisme de Brigitte Fontaine, les harmonies étranges de Thom Yorke, et bien toujours par le plus grand des hasards, Inigo Montoya répond à cette question sur scène.

 

 

 

Nouvel album de Liraz et live sur Nova

Liraz est de retour avec son nouvel album “Roya”  (« fantaisie » en farsi) un mélange exaltant de rythmes tradi-modernes et de sonorités rétro-persanes.
Un album enregistré en secret entre le groupe de Tel Aviv et des musiciens iraniens de Téhéran.
« ROYA » octobre 2022 Glitterbeat Records.
“Electro-dance tracks that revive and remix a 1970s era remembered for a lively Iranian pop scene.”– The Guardian
« ROYA » octobre 2022 Glitterbeat Records.
“Electro-dance tracks that revive and remix a 1970s era remembered for a lively Iranian pop scene.”– The Guardian

 

 

 

Lova Lova (Congo) encore un clip bien foufou !

 

(Kinshasa – RD – Congo). Wilfried Luzele alias LOVA LOVA chante en lingala, tshiluba, Kikongo et en français. Afrorock endiablé, musique traditionnelle punkisé, ragga bigarré pour raconter les histoires du quotidien des rues de Kinshasa. Voix rauque, 2 basses puissantes, une batterie et une performance scénique sauvage pour inviter à la fête et à la danse.

Bokonzi, « le pouvoir », ne porte pas que la signature sonore de la ville, il en charrie aussi les histoires, chantées, psalmodiées ou rappées par le Maître Tonnerre, qui passe de la fable aux mots les plus crus pour évoquer la réalité toute nue. Comme sur le single Mambu (les problèmes) où, sur un rythme échevelé, Lova Lova s’emporte : « vous voyez les enfants qui dorment dans les rues, qui vont pas à l’école… et ceux qui vont à l’école mais qui mangent pas putain ! » terminant ce coup de gueule dans un cri qui est tout autant révolte que chagrin. Maître Tonnerre, Homme des Rêves, Lova Lova : quel que soit son avatar et le costume qu’il revêt, c’est bien cette sincérité de l’artiste, fidèle à lui-même et toujours entier, qui lui permet de s’aventurer entre les styles et qui, du Printemps de Bourges aux Transmusicales de Rennes, ensorcelle tous les publics. Ce n’est qu’un début : ouvrez grand vos oreilles, et laissez-vous hanter.

 

The 79rs gang, Black Indians de la Nouvelle Orléans

 

Association inédite entre les Big Chiefs de deux gangs de Black Indians – les habitants africains-américains de La Nouvelle-Orléans – Le 79rs Gang est à l’image de sa ville de naissance : un véritable creuset d’histoires, d’influences et de genres.